+33 6 50 51 32 59

Impossible de répondre par un « oui » catégorique, car si le bon sens est une chose, la logique administrative et financière relative aux labels en est une autre.

1. Lors de la conception, mes objets en bois ne font pas l’objet d’un traitement antifongique ou tout autre traitement chimique de préservation du bois qui interdirait ces derniers à être au contact direct ou indirect des denrées alimentaires, au sens de la réglementation européenne (décret n°94-647 du 27 juillet 1994).

En ce qui concerne les produits finis, rappelons que ceux-ci sont principalement conçus pour un usage décoratif.

Cependant, ils sont dans les faits, à l’épreuve d’une utilisation quotidienne.

L’huile de protection appliquée sur la “vaisselle” miroKo n’est, officiellement, pas reconnue comme « alimentaire », car celle-ci est certifiée NF EN 71-3, qui se trouve être une norme européenne « Jouet » .

Il s’agit d’un produit anodin à base d’huile de lin choisi pour ses propriétés exceptionnelles.

La norme NF EN 71-3, publiée initialement en juillet 2013, doit cependant répondre à des exigences sécuritaires très strictes.

Cette dernière a été élaborée par le Comité Technique CEN/TC 52 « Sécurité des jouets » (Les 33 membres du Comité Européen de Normalisation représentent 33 pays européens).

L’AFNOR décrit les modalités de la norme NF EN 71-3 en ces termes :

« (…) sont concernés tous les jouets destinés à ou susceptibles d’entrer en contact avec la bouche, les cosmétiques jouets et les jouets instruments d’écriture ainsi que ceux destinés aux enfants jusqu’à l’âge de 6 ans pour lesquels il y a une probabilité que leurs composants puissent entrer en contact avec la bouche.»

(source : https://normalisation.afnor.org/)

Considérant les normes établies par les organismes compétents en la matière, il est impossible de déclarer légalement que les produits revêtus d’huile protectrice sont destinés à être au contact des denrées alimentaires.

Vous pouvez cependant, toujours selon les normes établies par ces mêmes organismes, mettre ces objets directement à la bouche – comme le fait bébé – sans aucun danger.

Néanmoins, il se peut que cela soit bien moins savoureux que votre cuisine.

2. Concernant les essences de bois utilisées, l’arrêté du 15 novembre 1945 admet, « pour tout type de contact alimentaire, pour tout type d’aliments : chêne, charme, châtaignier, frêne, robinier (acacia). – pour les solides alimentaires : noyer, hêtre, orme, peuplier ».

Une note de la DGCCRF étend même cette admission : « d’autres essences, traditionnellement utilisées en France au contact alimentaire et/ou qui ont fait l’objet d’une évaluation, ont été depuis reconnues comme aptes au contact alimentaire : – pour tout type d’aliments : Sapin, Épicéa, Douglas, Pin Maritime, Pin sylvestre, Peuplier, Hêtre, Platane, Tremble, Aulne, Olivier, Bouleau. ».

Voilà donc qui devrait répondre à votre question !

Pin It on Pinterest